Affaire Sequana ou l’éloge de l’ingratitude

Sequana menacée d’expulsion par la mairie

La menace d’expulsion qui pèse sur la célèbre association catovienne Sequana a été évoquée récemment dans la presse locale.
Jusqu’à présent, les faits illustrent l’ingratitude de la commune de Chatou à l’égard d’une association qui lui a fait don en 2011 de la collection de yoles qu’elle a rénovées en 25 ans d’activités bénévoles.

Changement brutal d’attitude

En 2011, on applaudit le don généreux à la mairie d’une splendide collection (dont la valeur atteindrait plus de 300.000 €).
En décembre 2014, on signifie brutalement à l’association donatrice qu’elle doit évacuer sans délai un atelier qui lui est indispensable pour mener à bien son programme de restauration et d’entretien des bateaux qu’elle sauve de la disparition.

Des raisons peu convaincantes

Pour quelle raison ? Pour installer un atelier de « formation aux métiers du bois » . Mais n’avions-nous pas déjà, avec Sequana, des compétences reconnues dans le domaine de la restauration des canots, en bois très précisément ?

Perte sèche pour Chatou…

Qu’est-ce que Chatou va gagner avec ce départ ? La perte d’un savoir-faire et, peut-être, d’une belle collection, qui ajoute à sa réputation,  des bateaux de plaisance célébrés dans les toiles impressionnistes ? La perte d’une animation bon enfant de ses fêtes estivales par des passionnés de voile et d’aviron ?

…mais pas pour tout le monde…

Des communes voisines pourraient être intéressées par tout ce que Chatou dédaigne et recueillir ainsi, sans coup férir, le fruit de vingt-cinq ans d’investissements des Catoviens soit comme bénévoles soit grâce aux subventions municipales payées par leurs impôts.

Quel projet?  Pour quel budget?

Et ce nouvel atelier installé dans des locaux qu’il va falloir remettre aux normes pour l’accueil des jeunes publics ? Connaît-on seulement le montant des travaux à entreprendre pour lui permettre de fonctionner?

Navrant!

Décider avant d’évaluer les conséquences de sa décision ? Quelle incohérence dans la démarche ! Avoir investi pendant un quart de siècle en pure perte ? Quel gâchis!

Pour lire un autre article cliquer sur le bouton « LES ARTICLES » dans la barre verte en haut à droite.

pour voir l'article du Courrier des Yvelines du 18 mars 2015 cliquer csur l'image
pour voir l’article du Courrier des Yvelines du 18 mars 2015 cliquer csur l’image
pour voir l'article du Courrier des Yvelines du 1 avril 2015 cliquer csur l'image
pour voir l’article du Courrier des Yvelines du 1 avril 2015 cliquer csur l’image